SELLES

(de SALA salle de Château)

 

 

 

 

 

Ce village, qui ne consiste qu’en une rue principale pavé de blocailles tirées de l’aqueduc romain et quelques autres forts courtes, possède une maison commune et d’école et un moulin à trois tournants anglais, sur la Suippe. Les puits creusés dans la grève, à une profondeur de 3 à 7 mètres, fournissent une saine.

Les habitants (les sellois et selloise) se partagent en laboureurs, au nombre de vingt, et en tisseurs, au nombre de cinquante à soixante travaillant pour deux fabricants du lieu et la manufacture de Reims et leur fournissant annuellement environ 500 pièces de mérinos. Les boues sont louées 100fr.

Le sol grèveux convient au seigle et au sainfoin.

Le territoire, peu montueux, traversé par la Suippe, présente au sud une colline élevée de 138 mètres au-dessus du niveau de la mer. Sa longueur est de 8 km, sa largeur de 2 km. Il contient 1 134 hectares, dont 1 028 en terres labourables, 5 en jardins, 19 en bois et 10,44 de vignes. On y fait 50 hectares de prés artificiels qui sont stimulés avec la cendre de Béru.

Histoires. Selles avait plusieurs seigneurs (Gaucher de Montbeton, Jean de Rabutin, de Fermont, de Vignolles, Lagoilles et Béguin de Sausseuil). Les religieux de Saint-Thierry y levaient les dîmes et les partageaient avec le curé.

 

 

 

Résumé par Michel COUTY

 
Articles Récents
454_001