SAINT MARTIN L’HEUREUX

 

 

 

 

1. Avant la grande guerre

 

Saint Martin l’Heureux est connu au 13ème siècle sous le vocable de St Martin le Hureux. C’est probablement l’emplacement de la petite église du 12ème siècle sur une bosse ou hurel (bosse en vieux français) qui donna le nom de Hureux, devenu fautivement de nos jours Heureux.

 

Depuis le milieu du 19ème siècle la physionomie du territoire a fortement changée avec la plantation de nombreux bois de résineux sur les parcelles les moins productives ou les plus éloignées.

A la veille de la première guerre mondiale (recensement de 1911) on dénombre108 habitants à St Martin travaillant principalement dans l’agriculture.

 

2. Histoire à l’arrivée des allemands

Le samedi 1er août 1914, le gouvernement français décrète la mobilisation générale, l’affiche de la mobilisation est accolée à la porte de la mairie et les hommes rappelés doivent rejoindre leur caserne à compter du dimanche 2 août. Le 3 août l’Allemagne déclare la guerre à la France.

A St Martin, village à très forte vocation agricole, la plupart des mobilisés sont agriculteurs ou salariés agricoles et doivent laissés aux plus anciens, aux femmes et aux jeunes le soin de poursuivre la moisson.

A la fin août les habitants assistent au passage de population belge et ardennaise et, parmi ces gens fuyants, arrivent des blessés français. A partir du 1er septembre, les combats se rapprochant, les habitants commencent à fuir et le 2 septembre les troupes allemandes entrent dans le pays et l’artillerie allemande tire sur les régiments français positionnés sur les monts de Moronvilliers. Les personnes encore présentes signalent que Sommepy, Ste Marie, Moronvilliers brûlent.

L’armée allemande traverse nos villages pour se diriger sur Châlons et même (elle en avait du moins la conviction) sur Paris. Les habitants étant restés se croyaient débarrassés de l’occupation et plaignaient le sort de ceux qui étaient partis.

Mais le dimanche 12 septembre ce fut, après la bataille de la Marne, le reflux et les soldats allemands, que la défaite avait rendu furieux, pillèrent tout ce qui pouvait l’être et s’installèrent pour de longs mois.

 

3. Vie sous l’occupation

Les habitants qui n’étaient pas partis, ainsi que ceux revenus car rattrapés par les troupes allemandes, ne restèrent que quelques mois1914 1918 cartes allemandes St Martin lHx 6 dans leurs habitations. En effet, les autorités militaires allemandes fixèrent l’évacuation des habitants de Dontrien et St Martin le 19 mars 1915, chaque personne pouvant prendre de la literie, du linge de corps et ce qu’elle détenait de précieux. Ils furent évacués dans des wagons à bestiaux à partir de St Hilaire le Petit vers Signy l’abbaye, une forte mortalité par dysenterie surviendra suite à ce voyage.

Les troupes allemandes vécurent à St Martin pendant 49 mois. Ils y construisirent de nombreux blockhaus, des tranchées, des voies de chemin de fer, ils inhumèrent autour de l’église plus de 300 combattants allemands et français morts dans leurs lignes. Ils utilisèrent pleinement toutes les ressources que pouvaient leur procurer les bois de résineux plantés le siècle précédent, ils avaient installé dans ces bois leurs «lager» (camps) pour échapper à la vue des observateurs français aériens ou terrestres. Avec ce bois ils se chauffaient, étayaient leurs abris souterrains, construisaient leurs habitats etc…

Le 4 octobre 1918, l’état-major allemand décide d’un repli pour ne pas se faire contourner, les troupes reculent sur une ligne en arrière de Bétheniville Hauviné. Les premiers français à réoccuper le village seront des soldats du 416ème Régiment d’Infanterie qui entre côté EST le 5 octobre 1918, côté OUEST ce sera quelques heures plus tard le 53ème RI.

 

4. La reconstruction

Lorsque la guerre se termine, le village est en grande partie détruit et les familles comptent leurs morts, sur 18 mobilisés, 7 sont morts au combat et 2 autres mourront aussitôt la guerre suite à leurs blessures.

Les habitants rentrent progressivement en 1919, les élections municipales se déroulent le 30 novembre et le 7 décembre, l’installation du nouveau Conseil municipal et l’élection du Maire ont lieu le 11 décembre 1919.

Après ces 4 années de guerre de nombreuses décisions pour la reconstruction du village sont à prendre, la commune adhère à la coopérative communale de reconstruction de Dontrien, St Martin, St Souplet.

L’église a souffert, la toiture est à refaire, l’école et la mairie détruites furent reconstruites en 1926, une école provisoire a été utilisée pendant quelques années, les enfants jouaient au milieu de blockhaus détruits. Le corps de sapeurs-pompiers ayant perdu la moitié de son effectif doit être reconstitué, 7 de ses membres étant ‘’Morts pour la France’’. En attendant la reconstruction de leurs maisons et corps de fermes, les habitants logent dans des maisons provisoires .En 1923, les terres avaient été remises en état mais les bois ne le seront que bien des années plus tard. Par décret du 14 juin 1950, la commune de St Martin l’Heureux absorbe une partie du territoire de Moronvilliers, ainsi aujourd’hui, les hauteurs du Téton et du Casque, si âprement disputés pendant le conflit, se retrouvent sur le territoire communal. De nos jours, les traces de ce conflit sont encore bien visibles (éclats d’obus, obus, sapes qui réapparaissent, tranchées, blockhaus etc….)

 
En voir plus
Articles Récents